André Arnold-Peltier - Photographe - Portail du Jugement dernier

André Arnold-Peltier - Photographe - Retour en page d'accueil
  • English
  • Deutsch
  • Imprimer cette page
  • Envoyer cette page à un ami
  • Inscrire cette page dans les favoris (Internet Explorer uniquement)
  • Partager dans Facebook - Ouverture dans une nouvelle fenêtre
  • Partager dans Myspace - Ouverture dans une nouvelle fenêtre
  • Partager dans Twitter - Ouverture dans une nouvelle fenêtre
  • Partager dans Viadeo - Ouverture dans une nouvelle fenêtre
  • Position dans le site :
  • Accueil
  • Portail du Jugement dernier

Portail du Jugement dernier

 

 

Voir l’image    

 

 


Le portail principal de la cathédrale date de 1210. Les artistes y mettent en scène de manière grandiose la résurrection des morts, le jugement par le Christ et l’entrée des âmes dans l’au-delà, béatifiées ou punies selon leur vie dans la foi sur la terre.

Sur le linteau inférieur, les morts, réveillés par le son des trompettes de deux anges sortent de leurs tombes vers la lumière. Parmi ces personnages, on voit un pape, un évêque un roi, des femmes, des guerriers, et même un noir d’Afrique.

Au-dessus, l’archange Saint-Michel pèse les péchés et les vertus des ressuscités. Deux démons essayent de faire pencher la balance d’une âme de leur côté.

 Les élus sont à notre gauche (à droite du Christ), les visages en adoration tournés vers le Christ et, invités par un ange, ils s’en vont au paradis en passant par le giron d’Abraham qui y porte trois âmes heureuses.

À droite (à gauche du Christ) les diables aux regards terribles mènent les damnés enchaînés en enfer, dont la porte est une gueule de dragon. Là, les âmes des damnés, parmi lesquelles se trouvent aussi des rois et des évêques, sont malmenées et torturées de manière atroce.

Sur le tympan supérieur, Jésus qui montre ses plaies, domine la scène et nous rappelle qu’il est venu sur terre en tant que Rédempteur, pour racheter nos péchés. Deux anges, debout, à droite et à gauche, tiennent les instruments de la Passion, tandis que la Vierge Marie d’un côté et Saint-Jean de l’autre implorent la miséricorde du Christ à genoux.

Dans les voussures qui entourent cette scène les innombrables élus de la cour céleste (anges, patriarches, prophètes, docteurs de l’église, martyrs et vierges) assistent au jugement et l’on peut remarquer la place très réduite prise par l’enfer tout à fait en bas à droite.

Au Moyen Age la scène était entièrement multicolore et dorée. En cherchant bien, on aperçoit des petits éclats de dorures dans l’auréole du Christ et des fragments de couleurs dans les replis de vêtements de certaines statues. On peut s’imaginer ces couleurs en regardant le Jugement dernier
de la Collégiale de Berne a voir ici

 

En dessous le trumeau reconstitué au 19è siècle porte la grande statue du « Beau Dieu ». Au piédroit de gauche se trouvent les Apôtres Saint-Barthélemy, Saint-Simon, Saint-Jacques le Mineur, Saint-André, Saint-Jean et Saint-Pierre et piédroit de droite : Saint-Paul, Saint-Jacques le Majeur, Saint-Thomas, Saint-Philippe, Saint-Jude et Saint-Matthieu.

 

 Données techniques Taille : 29726 x 29216 pixels, 251 x 247 cm (300 dpi), 214 clichés
 Date : 23 05 2011 Caméra : Nikon D300, Objective (AF-S Nikkor 28 – 300)
 Logiciels : Photoshop CS3, PTGui , Zoomify.